Inde du nord ⎟ Que faire à Varanasi?

Varanasi a été l’une des étapes fortes de notre voyage. Elle fait partie de celles qu’on n’oublie pas et pour lesquelles on n’est jamais vraiment préparé. Dans cette ville sacrée où la vie côtoie quotidiennement la mort, on a assisté à des scènes de vie inimaginables pour les Occidentaux que nous sommes, mais d’une beauté à faire pâlir plus d’un sādhu! Dans cet article, je vous raconte ma “première fois” dans l’un des endroits les plus colorés et mystiques au monde. Un voyage entre ciel et terre où les rituels hindous rythment autant les journées que les nuits. Ici, on se pince à plusieurs reprises pour vérifier que l’on ne rêve pas et on assiste, fascinés, au mariage de l’eau et du feu.

Bienvenue à Varanasi, la “ville de la lumière”

Le petit point rouge situé en Uttar Pradesh, c’est Varanasi!

Quelques informations sur la seconde étape de notre circuit

(le récit de la première étape au Kerala se trouve ici)

  • VILLE VISITÉE: Varanasi, dans l’état de l’Uttar Pradesh (dans le nord du pays)
  • PÉRIODE: mi-avril 2019, soit en basse saison
  • NOMBRE DE JOURS SUR PLACE: 3
  • ITINÉRAIRE: on est arrivés en avion depuis Kochi, dans le Kerala (dans le sud du pays)
  • TEMPÉRATURE MOYENNE: 30°C (voire plus)

Avertissement ⎟ Avant d’aller plus loin, sachez une chose: il se pourrait tout à fait que vous n’appréciez pas Varanasi, et vous ne seriez pas les premiers! En effet, les scènes d’une autre époque – voire même d’un autre monde – qui s’y déroulent sont si intenses et déroutantes qu’elles pourraient vous donner envie de fuir la ville au plus vite. Parmi elles, les scènes les plus hard sont les célèbres crémations à ciel ouvert des défunts. L’air se charge alors d’un épais brouillard, la chaleur s’intensifie, on sent les corps qui brûlent, l’odeur s’imprègnent dans nos vêtements … et il n’en faut généralement pas plus pour rebuter les âmes sensibles! Mais ne rebroussez pas chemin si vite, ce serait une grave erreur! Faites-moi confiance, laissez-vous apprivoiser par cette incroyable ville millénaire, et donnez-lui une seconde chance en toute circonstance.

Une règle d’or: se lever à l’aube!

Alors que le soleil n’est pas encore levé, la ville est déjà fort animée! On oublie donc les grasses mat’ au risque de rater le meilleur! Faites donc sonner votre réveil suffisamment tôt pour assister à l’effervescence matinale le long des ghats qui bordent la rive ouest du Gange, vous savez ces grandes marches qui s’enfoncent dans le fleuve sacré. C’est là qu’il faut être car absolument tout s’y passe dans le plus incroyable des désordres organisés! Là-bas, de nombreux hindous viennent se baigner, prier, méditer ou encore faire des offrandes et des ablutions. Mais pas que. On peut également y apercevoir des enfants qui prennent leur bain dans les eaux troubles et nauséabondes, des dames accroupies qui lavent frénétiquement leur linge de maison, des grand-pères qui se rasent la barbe ou encore des chiens errants qui lapent les flaques d’eaux usées! Ajoutez à cela la douce lumière orangée du lever de soleil et vous obtiendrez un tableau absolument fascinant qui vous marquera à jamais!

Une scène digne du jeu “Où est Charlie?” 🙂

Avertissement ⎟ Même si la plupart des Hindous se baignent tranquillement dans le Gange, ne les imitez surtout pas sous peine de passer le reste de votre voyage à l’hôpital! Vous risqueriez de rentrer à la maison avec de jolis petits vers dans l’intestin qui pourraient même migrer jusqu’à votre cerveau. Ça donne envie, non? Durant notre voyage, je m’étonnais constamment de voir enfants comme adultes se brosser les dents dans le fleuve sacré, gargariser à pleine bouche pour ensuite disparaître, tête la première, dans les profondeurs peu ragoûtantes. Et quand je dis “peu ragoûtantes”, je suis gentille! Cendres humaines, corps humains en décomposition, matières fécales, mazout, produits chimiques,… et la liste est encore longue! En véritable maniaque de l’hygiène, j’ai tenté d’élucider le mystère en questionnant à peu près tous les Indiens que nous avons croisés: “Damn! Mais comment faites-vous pour ne pas tomber malade?“. Une réponse m’a particulièrement fait sourire: celle de notre batelier. Si son système immunitaire et sa flore intestinale sont sans conteste différents des nôtres, la raison qu’il invoque est toute autre: “Because she is our mother, not yours! She is Mother Ganga! She loves us”. Aaaah, c’est donc ça! Nous voilà prévenus!

Les ghats de Varanasi

Varanasi est l’une des villes sacrées de l’hindouisme, raison pour laquelle les pèlerins y viennent en masse. Si certains se contentent de faire leurs ablutions dans le Gange, d’autres traversent parfois le pays tout entier pour venir y mourir. Dans la croyance hindoue, rendre l’âme à Varanasi serait de bonne augure car cela permettrait de mettre fin au cycle des réincarnations (le Samsara) et d’atteindre le Moksha qui est l’équivalent du Nirvana.

La ville sainte compte près de 80 ghats, de quoi bien occuper vos journées si vous décidez de les traverser à pied du nord au sud, ou inversement! N’ayez crainte de tomber nez-à-nez avec le corps d’un défunt, tous ne sont évidemment pas dévolus à la crémation! C’est principalement sur le ghat de Manikarnika que les Doms, une caste d’intouchables, brûlent les morts. Chaque jour ont lieu plus d’une centaine de crémations auxquelles vous pouvez assister (enfin, si vous le désirez bien sûr!). En silence et sans prendre de photos, vous découvrirez les cérémonies funéraires qui obéissent à des rituels bien précis. C’est vraiment impressionnant! Les corps sont recouverts d’un linceul et reposent sur des bûchers. En arrière-plan, d’autres corps sanglés sur des civières en bambou attendent leur tour, faute de places. Jour et nuit, les corps se consument. On dit d’ailleurs que le feu ne s’est jamais éteint depuis plusieurs milliers d’années. Pour vous faire une idée, il faut en moyenne 200 kilos de bois pour une combustion parfaite. Force est de constater que plus les familles sont pauvres et moins elles peuvent se permettre d’acheter autant de bois. Résultat des courses, leurs défunts ne sont pas toujours entièrement brûlés et leurs restes sont jetés dans le Gange avant d’entamer la prochaine crémation. That’s life!

Avant d’atteindre ce ghat, je ne vous cache pas que j’étais un peu tendue. Surtout après qu’une connaissance m’ait raconté qu’elle était carrément tombée dans les pommes après avoir humé l’odeur particulière des corps qui se consumaient. Je m’étais alors imaginé l’insoutenable, allant jusqu’à décompter les jours qu’il me restait “à vivre” avant de mettre les pieds à Varanasi. Comme s’il y avait un “avant Varanasi” et un “après”. Alors oui, quelque chose s’est passé en moi et il y a de fortes chances pour que ça vous fasse le même effet! On ne ressort jamais vraiment le même de cette ville. Mais je ne suis pas rentrée horrifiée, que du contraire! L’ambiance mystique et spirituelle des lieux m’a envoutée. Varanasi est la seule ville que je connaisse où la vie se nourrit autant de la mort, et où la mort est autant célébrée. Ici, le joyeux bordel coloré des rues flirte en toute insouciance avec l’ambiance sombre et funeste des rives. C’est ce mariage détonnant qui me donne envie d’y retourner. Mais ne vous y méprenez pas: si j’ai l’air tout à fait à l’aise pour vous parler de ce sujet, je faisais un peu moins la maligne une fois sur place! Le conseil que je peux vous donner est de respecter vos limites. Vous seuls savez jusqu’où vous pouvez aller.

Un sādhu se promenant le long du Gange

C O N S E I L S ⎟ Restez au minimum deux nuits à Varanasi afin de pouvoir découvrir de deux façons différentes l’agitation des ghats au lever du soleil: d’abord à pied, ensuite en bateau (ou inversement!). Depuis le Gange, vous assisterez, avec un certain recul, aux rituels les plus intimes de la vie et de la mort. Imprégnez-vous des couleurs, des odeurs et des sons typiques de la ville. Je vous conseille également de privatiser votre barque pour ne pas avoir à partager ces moments privilégiés avec d’éventuels touristes bruyants.

Ma check-list made in Varanasi

Que faire, que voir et que tester à Varanasi? Voici une liste (non exhaustive) de “choses à faire” et … de “choses à éviter”!

  • Se lever à l’aube (mais pas pour traîner au restaurant de l’hôtel bien sûr!)
  • Se perdre sur les ghats sans jamais regarder sa montre. Marchez, observez, discutez et, surtout, souriez!
  • Assister à une cérémonie funéraire au ghat de Manikarnika (seulement si le coeur vous en dit)
  • Se documenter (sur le web ou dans les guides touristiques) sur les rituels hindous pour mieux les comprendre.
  • Boire sans retenue des chaï (même dans les bouis-bouis où ils sont délicieux et généralement sans risque pour votre bidou)
  • Faire une photo avec un buffle croisé au détour d’une ruelle.
  • Ne jamais boire l’eau du Gange. Jamais!
  • Discuter avec un sādhu ou, du moins, faire semblant de le comprendre.
  • Rester zen malgré les interpellations intempestives des rabatteurs qui voudront vous vendre tout et n’importe quoi.
  • Acheter une babiole à un rabatteur parce que ça lui permettra sans doute de nourrir sa famille avec cet argent. À ce propos, je vous conseille d’acheter un long collier de perles de bois de santal: c’est léger et ça fait un chouette souvenir à rapporter dans son sac à dos!
  • Faire du Yoga sur le ghat de l’Assi. Inspiration, expiration.
  • Assister aux Puja, les offrandes aux lever et coucher du soleil.
  • Négocier tout, tout le temps. Même le trajet en tuk-tuk! Un bon conseil: allez voir sur Google Maps le nombre de km que vous devrez parcourir avant de faire appel à un taxi. Vous serez alors en mesure d’accepter ou non le prix proposé par le chauffeur pour la course.
  • Privatiser sa barque pour assister au lever du soleil sur le Gange.
  • Assister à 19h au ganga aarti, la cérémonie de vénération du fleuve.

Je vous laisse avec ces quelques photos et espère que votre voyage au pays des 1001 nuits sera aussi envoûtant que fascinant! Alors, vous la ressentez cette ambiance d’un autre monde? ☺︎

2 Commentaires

2 Commentaires

  • Μαμακα

    C’est trop bien décrit,Delphine…tes descriptions et les photos de Johan nous plongent vraiment dans cette ambiance particulière….
    .

  • Pierre

    Incroyable, ça donne envie d’y faire un tour pour voir cet autre monde!! Bravo pour ce récit!!

Commenter